11,25

11,25, c’est, en euro, le prix de la culpabilité.

Ce soir, j’ai oublié mes enfants à l’école. Enfin oublié, c’est un bien grand mot, j’ai oublié de me réveiller en vérité. Je me suis assise 5 minutes dans un fauteuil et, pfuit, je me suis réveillée 2 heures plus tard. Bien après l’heure de la sortie des classes. Ouille. Toc et paf. Autant dire que le réveil a été rude.

En arrivant à l’école, j’ai retrouvé mes petits poussins serrés l’un contre l’autre. Je crois qu’ils ont eu peur, ils n’ont pas voulu être séparés. Robin, en maternelle, s’est retrouvé à l’étude avec son grand frère, au milieu des CPs et des CM2. Et, très fier, il a fait des devoirs. Chouette école.

Alors on a fabriqué du doux. On est passés par la boulangerie en rentrant, on a acheté deux pains au chocolat, une viennoise aux pralines, des mini beignets au chocolat, un éclair au citron et deux petits bonbons. Et du pain tout chaud. On est rentrés sous la pluie glacée, on a posé tout ça sur la table, préparé deux chocolats chauds et un thé brûlant. Goûter pantagruélique pour réparer les bobos et balayer la fatigue.

Après, ils se sont disputés pour savoir qui pourrait jouer avec la locomotive télécommandée.

Mais n’empêche, c’était bien.

2 commentaires sur 11,25