Maxime et le Toti

Je ne me suis jamais sentie très à l’aise avec les bébés. Je ne sais jamais trop quoi en faire, comment les tenir. Les risettes, c’est pas mon truc. Les areuh areuh, les pffflll, pas plus.

Avec Maxime ce n’était guère mieux, je dois bien l’avouer. Je crois que j’avais un peu peur de lui. Peur qu’il s’ennuie et qu’il n’aime pas être avec moi. Du coup, j’ai rapidement trouvé le moyen de l’occuper :  je lui ai montré des livres d’images. On a beaucoup « lu », ses premiers mois.

A ses 14/15 mois, un jour dans le bus, il me montre Toti sur la vitre. Hum. Je sors ma tête des grands jours, celle du parent qui ne comprend absolument pas ce que veut dire son gosse. Tu sens que ça mouline la dedans mais rien n’en sort. « Tu parles du vélo dehors mon chéri? ». Non. Toti, la. Son petit doigt écrasé sur la vitre. « Le monsieur avec la poussette? ». Non. Toti. TOTI. TOTIIIIIII.

La semaine suivante, je bois mon thé. Il me montre Toti sur la tasse. Hum. Je ne range jamais bien loin ma tête des grands jours, heureusement, je la ressors donc: « Oui c’est du thé mon chéri mais qu’est ce que tu me montres, la feuille? ». Non. Toti, la. TOOOO-TI. Hum.

Tous les matins, Toti sur son biberon. Toti sur mon thé. Toti dans le bus. Je ne comprends pas. Et un jour, l’illumination, on sort l’imagier. Il me montre la Toti. Ben oui La Toti …

(Image piquée chez http://www.teteamodeler.com)

[Il a maintenant presque 3 ans et les T sont toujours des totis. Les V sont des voitures, les M des Maximes et les L des Lucies. Ca change, rassurez moi?]

2 commentaires sur Maxime et le Toti

  • Ca dépend. S’il apprend à lire avec la méthode des « Alphas »…

    (en fait y a des chances que non, mais qu’il apprenne quand même leur vrai nom pour s’insérer dans le monde mine de rien, donc ton honneur sera sauf !)

  • Raphaëlle

    Je ne connais pas la méthode des alphas, j’vais chercher ça de ce pas! (Et je t’avoue que je ne m’en fais pas du tout pour mon honneur mais plutôt pour lui, j’ai peur que ça le desserve s’il tombe sur des instits cons, sa manière d’aborder les lettres).